La maison de Landru

Auteur : Agence Meurisse

1920 / 2014

C’est au 76 rue de Rochechouart que Henri Désiré Landru (1869-1922) est arrété  le 12 avril 1919, jour de ses cinquante ans, à 6 heures (l’heure légale pour procéder à l’arrestation) par les inspecteurs Braunberger et Jules Belin (Belin ayant monté la garde devant la porte toute la nuit).

Ils retrouvent à son domicile un permis de conduire au nom d’Henri Désiré Landru et un petit carnet sur lequel sont inscrits onze noms, dont ceux des deux disparues sur lesquelles enquêtait Jules Belin ( lire tous les détails sur : Wikipedia ).

Ces dernières paroles avant l’échafaud : Alors qu’on lui propose un verre de rhum et une dernière cigarette, Landru décline l’offre et répond : « Ce n’est pas bon pour la santé ! »

Malgré les années, à gauche de la porte du 76, la petite boutique « FEMINA BIJOUX » a survécu et c’est transformée en « HORLOGER ».

Henri Désiré Landru en 1909

Images en taille réelle

Cliquer pour zoomer
Cliquer pour zoomer